Festival des Imaginales 2004
Publié le jeudi 8 juillet 2004 par Malkav
Mis à jour le mercredi 7 septembre 2005
A Epinal, depuis trois ans, le mois de mai rime avec Imaginales... Pendant les quatre jours que dure le festival, Epinal devient la grande vitrine sur le rêve, la magie et l’extraordinaire.

L’édition 2004 du festival des mondes imaginaires, qui se déroulait du 13 au 16 mai, réunissait 70 invités venant des quatre coins de France et du monde, représentants de toutes les disciplines de l’imagination, que se soit le livre, la bande dessinée ou l’illustration. En plus d’être un appel à l’évasion, les Imaginales sont un bon moyen de découvrir la ville d’Epinal. Cette année la manifestation était répartie sur huit sites depuis l’Espace Cours jusqu’au musée de l’image, en passant par la maison du Bailli et la bibliothèque municipale.

Les Imaginales étaient aussi la première excursion organisée par l’association depuis sa création, en janvier. Ce samedi 15 mai 2004 l’aventure nous attendait... Notre programme pour cette journée : la visite de la plupart des expositions, deux cafés littéraires et quelques achats.

JPEG - 49.1 ko
Le programme des Imaginales

Les expositions

La visite commençait au musée d’art ancien et contemporain par l’exposition de Gilles Francescano, illustrateur du sud-est de la France et auteur de l’affiche du festival. Parmi les illustrations exposées il y avait des originaux de couvertures de romans, quelques infographies et bien d’autres. C’était l’occasion pour nous de redécouvrir une partie de son oeuvre, déjà exposée à la maison du Bailli d’Epinal deux ans auparavant.

C’est d’ailleurs à la maison du Bailli que se faisait l’arrêt suivant, à la découverte des oeuvres d’Alif Khaled, originaire du Maroc, mais aussi de jeunes artistes lorrains et vosgiens avec les illustrations de William Aubert, Thomas Fleury et Krystal Camprubi. Autant d’artistes talentueux et une série d’oeuvres abordant des thèmes très variés.

JPEG - 16.3 ko
La cerca dolorosa de Krystal Camprubi

A la maison du Bailli succède l’Espace Cours et la visite de la galerie " Femina Faeries " de Pascal Yung. Un passage en revu d’elfes et de fées en tout genre, participant à une exposition itinérante. Et pour finir la série des expositions, un hommage à Isaac Asimov, le père des fameux robots et auteur phare de la science-fiction du XXe siècle, à la bibliothèque municipale.

Le Magic Mirror et ses petites histoires

Deuxième phase de l’opération Imaginales, les cafés littéraires du Magic Mirror... Nous avons assisté à deux débats avec pour commencer " Trois filles pour une BD " et dans la foulée " Les mythes celtiques ". Et entre les débats un petit tour à la bulle du livre pour quelques emplettes et une séquence glandouille entre les stands.

JPEG - 49.8 ko
Léa Silhol, Gilles Servat, Jean-Louis Fetjaine et Robert Holdstock (copyright Fabienne Rose)

Le premier débat, " Trois filles pour une BD ", était animé par Christelle Pécout et Delphine Lacroix, respectivement dessinatrice et coloriste de la bande dessinée " La Pirate Andalouse ". La scénariste, Sylviane Corgiat, manquait malheureusement à l’appel. Le café littéraire abordait les thèmes de la création d’une bande dessinée et de la manière dont les auteurs collaborent depuis l’écriture du scénario jusqu’à la colorisation, en passant par le découpage de l’action et le dessin. Il était aussi question de la place des femmes dans le monde de la bande dessinée. Malgré les efforts du modérateur, on sentait un léger manque d’aisance de la part des invités, c’est dommage...

Le café littéraire suivant réunissait Jean-Louis Fetjaine, Robert Holdstock, Gilles Servat et Léa Silhol autour du thème de la mythologie celtique. Un débat passionnant, parti pour durer bien plus longtemps que les 50 minutes attribuées à chaque café littéraire. Les invités ont fait un large tour d’horizon de la mythologie celtique et de la " celtitude ", le tout agrémenté d’histoires et d’anecdotes tirées des expériences personnelles des invités ou de contes celtiques. Lors de ce débat, il a également été question de la place des femmes dans la culture celtique, du rôle des druides et de la tradition orale pour la transmission des histoires.

A l’année prochaine

Après une journée passée à flâner, rêver et à profiter du printemps, nous sommes finalement repartis vers l’Alsace. Cela dit, le rendez-vous est d’ores et déjà pris pour la prochaine édition, qui se déroulera du 19 au 22 mai 2005.

Ce qui est plaisant dans le festival des Imaginales, c’est à la fois sa richesse, sa simplicité et sa convivialité. De plus, la ville d’Epinal est très agréable à visiter et le fait que le festival ait lieu sur différents sites permet de vagabonder tranquillement entre deux expositions. Bref, tout les éléments sont réunis pour passer un bon moment, découvrir de nouveaux auteurs, de nouveaux artistes et au passage s’instruire tout en se faisant plaisir.

Remerciements et liens

J’aimerais dire un grand merci à Krystal Camprubi, Bernard Visse (et à travers lui Gilles Francescano) et Fabienne Rose pour les illustrations et la photo de cet article. Grâce à leur aide, il y a un peu de couleur au milieu du texte... Bonne continuation à vous tous.

Et pour patienter un peu jusqu’à l’an prochain, voici une sélection de sites Internet liés à l’imaginaire et aux Imaginales.

Les Imaginales : http://www.imaginales.com/

Krystal Camprubi : http://www.krystal-camprubi.com/

Gilles Francescano : http://www.quarante-deux.org/galeri...

La B.D. Lune d’Ombre : http://www.humano.com/pirate/

William Aubert : http://www.crocwills.com/

Fabienne Rose : http://www.noosfere.net/rose/


Rubrique : Le Jeu de rôle
Article précédent : Lexique du rôliste
Article suivant : Présentation du jeu de rôles